On constate L’ONU a défini comme enjeu mondial l’énergie propre à un coût abordable. Pour illustrer ce point, focus sur le secteur du bâtiment et des logements en France.

Un enjeu mondial

Parmi les 17 ODD, objectifs de développement durable de l’ONU (Objectif 17), le 7e objectif est dédié à l’accès à une énergie propre et à un coût abordable. Précédemment, nous nous sommes arrêtés sur les situations française et européenne dans Précarité énergétique : quelle situation en France et en Europe ? Mais à travers le monde, elle est encore plus préoccupante.

Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères (diplomatie.gouv.fr) chiffre aujourd’hui encore, que plus d’un milliard de personnes n’a pas accès à l’électricité. De même, 40% de la population n’utilise que le bois, le charbon de bois ou des sous-produits animaux pour la cuisson de leurs aliments. Cela provoque maladies respiratoires et rejet de nombreux déchets. Enfin, 4 millions de personnes par an y laissent leurs vies prématurément.

L’avancée de cet ODD est particulièrement monitoré, avec la publication annuelle d’un rapport The 2021_tracking_SDG7 – The energy Progress Report. De plus, il est construit conjointement par les organisations inter-gouvernementales suivantes :

  • l’Agence internationale de l’ énergie (IEA),
  • l’Organisation Mondiale de la Santé (WHO),
  • l’Agence internationale de l’Energie Renouvelable (IRENA),
  • la division Statistiques de l’ONU
  • et la Banque Mondiale.

Focus sur l’impact mondial du secteur du bâtiment

L’IEA travaille sur de nombreuses thématiques liées à l’énergie. En se concentrant sur le secteur du bâtiment (Buildings – IEA), elle chiffre l’impact. En effet, les secteurs du bâtiment et de la construction sont responsables de plus d’un tiers de la consommation énergétique finale mondiale. Ils sont également responsables de près de 40 % du total des émissions directes et indirectes de CO2. Dans les faits, la demande d’énergie provenant des bâtiments et de leur construction continue d’augmenter. C’est dû, d’une part, à un meilleur accès à l’énergie dans les pays en développement. D’autre part, la possession et l’utilisation d’appareils énergivores augmentent. On constate également la croissance rapide de la surface au sol des bâtiments dans le monde.

Pour aller plus loin World Energy Outlook 2021.

En finir avec le non-sens énergétique :  “chauffer l’extérieur”

Le décret n° 2021-19 du 11 janvier 2021 a introduit la notion de décence énergétique dans les logements. Ainsi, le logement est qualifié d’énergétiquement décent :

  • lorsque sa consommation est inférieure à 450 kWh/m2.an en France métropolitaine
  • celle-ci est exprimée en énergie finale par mètre carré et par an

Le texte entrera en vigueur le 1er janvier 2023. Cependant, il ne s’appliquera qu’aux nouveaux contrats de location conclus à compter de cette date. Progressivement, les biens trop énergivores sortiront du parc locatif privé :

  • en 2023, pour les logements à consommation excessive (classes F et G) : Interdiction d’augmentation de loyers lors du renouvellement du bail ou à la remise en location
  • dès 2025, relèvement des seuils de consommation énergétiques
  • puis en 2028, les biens qui n’auront pas été rénovés pour sortir des classes F et G seront également interdits à la location

Néanmoins, on peut s’interroger sur l’impact réel de cette mesure pourtant positive. Va-t-elle vraiment bénéficier aux ménages précaires ?

Combien de logements, en France, ne pourraient plus être loués en 2025 ?

 

Les logements classés G représentent la catégorie la plus problématique en matière de performance énergétique. Effectivement, ils ne pourront plus être loués à partir de 2025 sans travaux. Le journal LE PROGRES a défini une Carte interactive – Infographies. Logement : combien de “passoires thermiques” dans votre département ? Il permet de sélectionner l’un des 7 départements comptant le plus de logements classés G. C’est en Haute-Loire que la situation est la plus préoccupante avec 19,5% des logements classés G. Cela monte à 37,3% pour un classement F-G et 60,9% si on n’y ajoute la classe E !

[consommation énergétique du logement en kWh/m² par an d’énergie finale : > 450 pour G, entre 331 et 450 pour F et de 231 à 331 pour E]

L’effet rebond de ces mesures

Ces passoires thermiques deviennent interdites à la location ? Eh bien profitons-en pour rénover.

Mais ni une ni deux, le Parisien rapporte en décembre 2021,  dans Passoires thermiques : le nombre de logements à vendre explose en Île-de-France  que les logements classés E, F et G affluent sur le marché de l’immobilier depuis un an en Île-de-France (données de SeLoger).

 

A quand un plafonnement du prix de l’immobilier selon la classe énergétique du bien ?

Ce n’est pas interdit de rêver …

 

La ville durable de demain

 

Emma HAZIZA Docteur de l’École des Mines de Paris et hydrologue (lirec_63) alerte sur l’urgence de l’adaptation et la résilience face au changement climatique : “Il s’agit bien d’une mutation profonde de nos milieux biosphère/atmosphère. La France est aux premières loges de cette transition étant donné sa position spécifique entre un pays tempéré, la Belgique, et l’Espagne, au climat méditerranéen connu pour ses déficits ou excès de précipitations. Cette ligne de démarcation s’étire aujourd’hui en direction du Nord”.

Selon le Département d’économie et des affaires sociales de l’ONU DESA , d’ici à 2050, la population des villes devrait représenter 70 % de la population mondiale. De fait, les défis mondiaux de demain sont nombreux : infrastructures (logement, transports, fourniture d’énergie), éducation. Plus généralement, ils concernent la qualité de vie pour les habitants de ces zones urbaines.

 

Emmanuelle WARGON est l’actuelle ministre déléguée auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée du Logement. Elle rappelle que le quart du parc de logements de la France de 2050 n’est pas encore construit.

Les constructions neuves doivent respecter la règlementation thermique RE2020 depuis le 1er janvier 2022.

Avec ce texte, l’état poursuit trois objectifs principaux :

  • donner la priorité à la sobriété énergétique et à la décarbonation de l’énergie
  • diminuer l’impact carbone de la construction des bâtiments
  • enfin, en garantir le confort en cas de forte chaleur

 

Les actions menées vont dans le bon sens.

Pensez-vous que cela suffira au vu des enjeux climatiques extra-ordinaires qui nous attendent ?

N’hésitez pas à apporter vos idées en commentaires.

 

Dans le prochain article, passage en revue des différentes aides énergétiques : Rénovation énergétique : de nombreuses aides, peu connues.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.