Représentant la plus grosse part du gâteau des émissions de gaz à effet de serre, la principale problématique du bâtiment concernait le chauffage. Avec l’amélioration des performances énergétiques du bâtiment, nous observons un transfert d’impact, de l’utilisation à la construction.

En 2018, l’empreinte carbone moyenne d’un français était d’environ 11,2 tonnes équivalent CO2 par an. L’impact du bâtiment est d’environ 20%. La cause ? D’après l’ADEME, c’est le chauffage qui en est en grande partie responsable, car même si un peu plus de la moitié des ménages en France possède un chauffage électrique ou au bois, l’autre moitié possède un système de chauffage fonctionnant au gaz ou au fioul. La combustion d’énergies fossiles produisant énormément de CO2, ces derniers systèmes de chauffage sont très impactants.

Transfert d’impact

Afin de limiter les consommations d’énergies, il existe de plus en plus de réglementations qui permettent de construire des bâtiments qui possèdent de meilleures performances énergétiques : le but étant d’obtenir des bâtiments passifs, voire même à énergie positive. Pour cela les constructeurs utilisent divers moyens : l’isolation, l’utilisation d’énergies renouvelables, ou encore des processus de construction plus performants. Malheureusement, ces techniques utilisent de nombreux matériaux et sont donc elles-mêmes consommatrices d’énergies (pour la production et le transport de ces derniers).

Par conséquent, les bâtiments étant plus performants en phase d’utilisation, et donc consommant moins d’énergie, en utilisent davantage lors de leur phase de construction. L’impact principal n’est donc plus dû à l’utilisation mais à la construction.

Profil environnemental relatif: impacts environnementaux intrinsèques versus de la phase d’utilisation du cycle de vie d’un bâtiment

Source:https://www.sciencepresse.qc.ca

D’autre part, la consommation de nombreux matériaux a d’autres impacts, par exemple sur la santé, nous en parlerons lors d’un prochain article.

Pour la suite…

De nombreuses réglementations en matière d’efficacité énergétique tendent à montrer que le secteur du bâtiment peut encore progresser sur le plan environnemental, notamment en prenant bien en compte dans son analyse de cycle de vie les différents matériaux de construction et leur production.

Source : cougnaud-construction.com

 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter les liens suivants :

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.