Pour lutter contre le green washing, une des approches consiste à encadrer les allégations environnementales des entreprises. “L’affichage environnemental” français (en cours de déploiement) donne ainsi une note de A à E qui permet au consommateur de choisir facilement un produit écologique en s’appuyant sur un référentiel rigoureux et encadré.

Une démarche volontaire et encadrée

L’affichage environnemental français correspond à une note A, B, C, D ou E attribuée à un produit ou un service. Cette note qualifie leurs impacts environnementaux sur l’ensemble du cycle de vie.

Il s’agit d’une démarche volontaire (non obligatoire) pour les entreprises. L’intérêt pour elles est notamment de valoriser leurs efforts d’éco-conception. Elle leur permet également d’anticiper une réglementation. En effet, la loi AGEC (relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire) votée en 2020 mentionne la possibilité de rendre l’affichage environnemental obligatoire à l’avenir pour certains secteurs.

Pour le consommateur, l’intérêt est de le sensibiliser aux impacts environnementaux de ses achats et de lui permettre de choisir facilement un produit plus écologique.

Le référentiel d’évaluation est rigoureusement encadré (base IMPACTS®). Ainsi, les allégations environnementales des entreprises ne peuvent plus se concentrer sur ce qui les arrangent. Cela contribue donc à la lutte contre le green washing.

5 secteurs pour la phase de pré-déploiement

Cette approche est toujours au stade de pré-déploiement qui couvre les cinq secteurs participent suivants :

  • L’alimentaire
  • L’habillement
  • L’ameublement
  • L’hôtellerie (impacts d’une nuitée, petit déjeuner compris)
  • Les produits électriques et électroniques

 

Parmi les entreprises les plus actives on pourra notamment citer :

  • Décathlon et Okaïdi pour l’habillement
  • Fnac Darty pour les produits électriques et électroniques

 

Exemples de critères

Par exemple, les critères environnementaux retenus par Décathlon sont les suivants :

L’analyse de cycle de vie (ACV) sur chacun de ces critères et leur moyenne permettent d’établir la note globale de A à E.

Différences entre “affichage environnemental” et PEF

Au niveau européen, la méthode de référence est appelée Performance environnementale des produits (PEF). Elle fait intervenir plus de critères mais contrairement à la base IMPACTS®, les données de calcul des impacts ne sont pas accessible par tous. Cette approche également en cours de développement doit être présentée à la commission européenne en 2022.

 

 

Sources :

 

Emmanuel Pion

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.