Depuis le début de la veille que nous proposons sur le thème du recyclage, nous avons pu aborder les différents enjeux et problèmes auxquels notre société fait face. Dans cet article, nous proposons une note plus légère afin d’ouvrir sur les méthodes innovantes qui existent déjà.

 

Engagement de la France en la matière

Comme évoqué dans notre précédent article, moins d’un tiers du plastique est recyclé en France. Pourtant, il est partout, dans le sol, les océans, dans notre nourriture et même dans l’air. Malgré tout, des progrès ont été fait en la matière depuis quelques années. On pensera notamment à Michelin comme figure phare de la France et qui s’attaque au recyclage et à l’économie de la fonctionnalité. Leur solution de facturer leurs pneus aux kilomètres utilisés en est un bon exemple. Michelin, mais pas seulement, des start-ups émergent également dans le domaine du recyclage.

Comme l’illustre très bien l’article de France Inter :

Une étude de l’Office européen des brevets indique ce mardi que l’Europe et les États-Unis concentrent chacun 30 % des brevets relatifs au recyclage du plastique et aux bioplastiques entre 2010 et 2019. En Europe, la France est le deuxième pays le plus innovant, derrière l’Allemagne, en raison de la taille de son économie, mais aussi de son haut niveau de spécialisation.

Ainsi, nous percevons que la France s’engage et encourage les initiatives qui visent à améliorer la situation du recyclage sur son territoire. Le CNRS, les universités ou écoles d’ingénieurs, des partenariat avec des start-ups, tous s’attaquent à cette problématique.

 

Exemple de Lilokawa

Fondée en 2013, cette entreprise transforme des matériaux souples et pour leur donner de nouvelles fonctions. Olivier Vandour, son fondateur, précise que « sa société a deux fils rouges : apporter aux entreprises des solutions pour éviter l’enfouissement et l’incinération et contribuer à l’emploi local ».

Que font-ils exactement ? Lilokawa s’attaque à des matériaux spécifiques et peu réutilisés, ils ont notamment commencé par donner une nouvelle fonction aux toiles de jute de torréfacteurs. Ils ont ensuite élargi leur champ au réemploi d’autres matériaux comme des bâches en PVC, des toiles d’ombrage ou encore des voiles de bateaux ! Tous ces matériaux réemployés deviennent alors des sacs, des cadeaux d’entreprise ou encore des meubles.

Lilokawa compte 150 clients et dans 70 % des cas, ces derniers fournissent la matière et récupèrent des produits finis. L’opération leur permet notamment d’étoffer leur bilan RSE. Cette entreprise rejoint bien les principes d’économie solidaire et sociale et d’économie circulaire. Son chiffre d’affaires est d’ailleurs passé de 150.000 euros avant la crise à plus de 200.000 euros cette année. D’importantes perspectives de croissance s’offrent aux entreprises qui mettent le recyclage au cœur de leur fonctionnement.

 

 

Maxence GRILLET

maxence.grillet@audencia.com

 

Sources :

Recyclage plastique en France : Recyclage du plastique : la France parmi les pays les plus innovants (franceinter.fr)

Exemple d’une entreprise : Lilokawa : une autre approche du recyclage | Les Echos (oclc.org)

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.