Les jeunes sont en moyenne mieux informés sur la recherche scientifique que l’ensemble de la population. Cependant, lorsque le sujet de la transition énergétique est abordé, ceux-ci avouent ne pas en saisir tous les enjeux.

 

À l’automne 2021, la Fondation Collège de France et IPSOS ont mené une enquête portant sur le rapport entre les jeunes et la science. Les résultats recueillis auprès d’un millier de participants permettent de mieux comprendre les préoccupations, les connaissances et les canaux d’information des 18-35 ans.

L’environnement, le sujet scientifique qui intéresse le plus les jeunes

Il est frappant de constater dans cette étude que, malgré le contexte de pandémie dans lequel nous sommes plongé depuis bientôt 2 ans, ce sont bien les thématiques environnementales qui constituent l’intérêt scientifique principal des jeunes. En effet, si les trois-quarts d’entre eux se disent intéressés par la médecine, 79% le sont par le réchauffement climatique et 70% par la biodiversité. En ce qui concerne les technologies, 64% s’intéressent à la transition énergétique, soit autant qu’à l’intelligence artificielle ou l’exploration spatiale.

Plus généralement, le réchauffement climatique est la problématique sociétale qui préoccupe le plus les jeunes, loin devant certains des thèmes politiques principaux tels que la sécurité, le chômage ou la dette. À titre de comparaison, un récent sondage Odoxa avait seulement placé l’environnement au cinquième rang dans le classement des préoccupations des français pour l’élection présidentielle à venir. Une différence de hiérarchisation qui s’explique en partie par le fait que les moins de 35 ans semblent mieux saisir les enjeux de la recherche scientifique, d’après une autre étude IPSOS.

Quel mode d’information ?

Pourtant, de nombreux consultés affirment ne pas totalement maîtriser le vocabulaire permettant d’appréhender ces débats. Un paradoxe qui pourrait bien être l’une des origines de l’éco-anxiété : une réaction émotionnelle à la crise climatique, provoquée par l’angoisse face à la crise elle-même, mais aussi par le flou qui entoure encore certaines informations, renforçant l’incertitude sur le sujet. Une incertitude qui se traduit par la croyance en de nombreuses fausses informations à propos du réchauffement climatique. Notamment, la transition énergétique et les sujets tels que le nucléaire et les énergies renouvelables sont mal connus.

Ce constat pose le problème du mode d’information des moins de 35 ans, et des sources d’information auxquelles ils accordent leur confiance. La majorité (57%) préfère s’informer sur les sujets scientifiques par le biais de vidéos au format court, ne dépassant pas quelques minutes, délaissant les articles écrits (33%). Cependant, les bloggeurs et influenceurs scientifiques, adeptes du format, sont loin d’être les sources les plus plébiscitées : les médecins, les chercheurs et les organismes de recherche sont vus comme étant les plus dignes de confiance, notamment perçus comme indépendants et transparents. À l’inverse, la parole politique est plutôt mal perçue en ce qui concerne les sujets scientifiques.

 

Cette étude présente le tableau d’une jeunesse concernée par les sujets de la crise climatique, mais qui semble encore trop peu informée de ses réels enjeux, en particulier de ses solutions, renforçant ainsi le phénomène d’éco-anxiété. Au vu de la situation, la parole des scientifiques semble être le meilleur moyen de s’instruire, alors que la parole politique semble en perte de crédibilité chez les jeunes. Ceux-ci sont d’ailleurs en majorité à souhaiter que la sphère scientifique soit plus présente dans l’espace public. Les scientifiques, futurs politiques, ou influenceurs de demain ?

 

Sources :

Fondation Collège de France & IPSOS – LES JEUNES ET LA SCIENCE, Crédibilité des scientifiques et conditions d’optimisation de la confiance dans la parole des chercheurs

IPSOS – BAROMÈTRE « SCIENCE ET SOCIÉTÉ »

Les Echos – Présidentielle 2022 : le pouvoir d’achat, première des priorités des Français

 

Image article : Delia Giandeini pour Unsplash

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.