Dans l’article précédent, article d’introduction que je vous invite à lire si ce n’est pas déjà fait, nous avons établi qu’il était primordial de bien choisir ses sources d’information, et de se renseigner sur les enjeux écologiques prioritaires, afin de réduire de manière efficace ses émissions de CO2.

Pour rappel, selon le cabinet de conseil Carbone 4, les postes d’émissions de CO2 les plus importants sont les suivants : la mobilité, le logement, et les biens et services privés.

Je vous propose dans un premier temps d’adresser le sujet de la mobilité , sujet clé du réchauffement climatique.  

Une mobilité polluante 

Le secteur des transports émet en France à lui seul 31% des gaz à effet de serre du pays, et c’est la voiture qui représente plus de la moitié de ces émissions. En effet, selon le Baromètre des mobilités du quotidien édition 2019, la voiture personnelle constitue l’un des modes de transport principaux au quotidien pour 72% des français. Or, c’est un mode de locomotion très polluant, avec une oscillation entre 100 et 150 g de CO2 émis par kilomètre et par passager. Elle est 10 fois plus émettrice que le bus, et seulement 2 fois moins émettrice que l’avion pour la même unité de mesure ! 

Son usage récurrent et son caractère polluant en font le poste numéro 1 d’émissions des Français en moyenne, soit le problème principal à adresser pour réduire les émissions individuelles de CO2.

Certains envisagent le passage à la voiture électrique, qui peut sous certaines conditions représenter un atout écologique, mais qui ne remplacera pas l’impact d’un changement d’habitudes et de mentalités à propos de la voiture dans les autres cas.

A ce sujet, je vous conseille de lire cet article , résumant ce que vous devez savoir sur ce mode de transport « écologique » pour vous faire votre propre avis.

Des bonnes pratiques à mettre en place 

Il existe plusieurs manières d’envisager la chose, en fonction des affinités et possibilités de chacun, mais voici une liste de 4 idées d’actions à mettre en place pour améliorer son bilan carbone personnel.

Idée 1 : Privilégiez le vélo et la marche sur les courtes distances

Combien de fois j’ai vu mes parents aller faire les petites courses de dernières minutes derrière chez nous en voiture, au lieu d’y aller à pied ou en vélo, par confort. Or, remplacer 10 kilomètres de trajets quotidiens en voiture par le vélo ou la marche permet d’éviter 700 kilos de CO2 par an. Inspirons-nous de nos voisins européens : à Helsinki, malgré les températures très basses en hiver, pouvant aller jusqu’à -20°C, 12% de la population se déplace à vélo toute l’année. Ceci est en revanche favorisé par une aide publique à la hauteur de 31€ par an et par personne. C’est donc également une question d’incitation et d’implication de l’Etat ; 

Idée 2 : Privilégiez les transports collectifs sur les moyennes distances

On constate une division de l’empreinte carbone d’un trajet par 50 si l’on fait ce trajet en métro ou en tramway plutôt que seul au volant de sa voiture. De plus, 1 kilomètre en transports en commun coûte moins cher qu’1 kilomètre en voiture. Ce fait n’est souvent pas bien perçu, dans la mesure où l’on oublie de prendre en compte des facteurs comme l’achat et l’entretien du véhicule ou l’assurance. Finalement, on considère qu’un trajet en transport en commun coûte en moyenne 0,14€ par kilomètre, contre 0,24€ le kilomètre pour la voiture ; 

Idée 3 : Privilégiez le train sur les longues distances

Un voyage en train émet en moyenne 40 fois moins de CO2 que l’avion, et 10 fois moins qu’une voiture avec 4 passagers à bord. Et au bout du compte, c’est le TGV qui émet le moins de tous les trains !

Idée 4 : Si vous n’avez pas le choix, co-voiturez !

Quand on sait que le taux de remplissage d’une voiture est en moyenne de 1,5 personnes, il paraît intéressant de se poser la question de la partager avec d’autres. Surtout lorsque l’on sait que doubler systématiquement le nombre de passagers en voiture permet d’économiser environ une tonne de CO2 par an et par personne. De nombreuses plateformes permettent de se mettre en relation dans le but de covoiturer : on pense au leader blablacar.fr, mais également à des sites comme mobicoop.fr  ou roulezmalin.com  

Le mythe de la voiture, un frein à l’évolution des comportements ? 

En discutant autour de moi de ces solutions, je me suis souvent heurtée à un rejet de la part de mon entourage.
Ils ont l’habitude de faire autrement, ils n’envisagent pas leur quotidien sans voiture, ils veulent garder leur indépendance.

Et je les comprends, la ville actuelle a été pensée pour la voiture, c’est ce qui avait été annoncé du temps de l’ex Président Georges Pompidou. 

Et maintenant l’usage de la voiture relève plus de l’habitude que de la réelle nécessité, ce qui pose un problème de fond et constitue un réel frein à l’évolution responsable de la mobilité. 

À ce sujet, je vous conseille ce super reportage vidéo de Data Gueule sur la voiture et sa place dans notre société, et notamment à partir de 3:52.

 

Jade SURDEAU

MS Acteur Pour la Transition Énergétique, Audencia BS

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.