Dans un contexte d’urgence climatique, les scénarios d’un mix énergétique ou électrique se multiplient. Pourtant, ces scénarios restent impensables pour de nombreux acteurs pour des raisons techniques, économiques ou encore d’acceptabilité sociale. Mais, alors comment s’y retrouver ?

La transition énergétique consiste en une modification structurelle profonde des modes de production et de consommation de l’énergie. Son objectif est double : produire une énergie décarbonée tout en diminuant les consommations d’énergie (i.e, sobriété et efficacité énergétique). Ainsi, la transition énergétique constitue un véritable pilier de la lutte contre le réchauffement climatique en permettant de réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre fortement liées à la production d’énergie d’origine fossile.

A l’inverse, les énergies renouvelables, aussi appelées EnR, sont des sources d’énergie décarbonée dont le renouvellement naturel est suffisamment rapide pour qu’elles puissent être considérées comme inépuisables à l’échelle du temps humain. Il en existe 5 types : l’énergie éolienne, l’énergie solaire, l’énergie hydraulique, l’énergie biomasse et l’énergie géothermique.

Les scénarios 100% EnR

Dans ce contexte, les scénarios 100% EnR à horizon 2050 se multiplient : l’étude ADEME de juin 2016, l’étude négawatt de janvier 2017, The Solution Project… Dans son étude, l’ADEME réalise une exploration technique du déploiement des EnR au sein du mix électrique qu’elle imagine jusqu’à 100% renouvelable. En général, les deux énergies renouvelables qui dominent dans ces scénarios, pour la partie électrique, sont l’éolien et le solaire. Le nucléaire n’est pas pris en compte.

Afficher l’image source

          ©

Critiques et freins au 100% EnR à horizon 2050

Ces scénarios restent impensables pour de nombreux acteurs pour des raisons techniques, économiques (si ces scénarios supposent d’investir chaque année une fraction excessive du PIB) ou encore d’acceptabilité sociale. En effet, des questions se posent sur l’intermittence de ces énergies, la disponibilité des ressources (par exemple des métaux de toute nature pour fabriquer les panneaux solaires ou les éoliennes, les éléments de réseau, et les dispositifs de stockage), l’équilibre du réseau électrique etc.

Ainsi, je souhaite, dans cette série d’articles, que nous nous interrogions sur la faisabilité et, si tel est le cas, la facilité d’atteindre un mix énergétique 100% EnR. Est-ce une utopie ? Sinon, à quelle échéance ? Avec quelles contraintes ? Approfondir ce sujet nous permettra de comprendre dans quelle mesure ces scénarios sont atteignables et de déterminer le degré d’efforts à fournir pour atteindre un mix énergétique 100% renouvelable à horizon 2050.

Si le thème vous intéresse, n’hésitez pas à suivre cette série d’articles et à commenter !

Sources :

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.