Dans ce dernier article, nous allons essayer de mieux comprendre le dynamisme  de la filière microalgues en France appliquée à l’énergie et plus largement à l’environnement.  Nous allons aussi évoquer les projets de startups, autres entreprises et laboratoires (liste non exhaustive) qu’il faudra suivre ces prochains mois…

La filière microalgues en France

Aujourd’hui, la filière des microalgues françaises est une actrice importante au niveau européen puisqu’elle couvre toute la chaîne de valeur à savoir la recherche et le développement publique et privé, les équipementiers, les producteurs, la transformation et la formulation et les marques et réseaux de distribution. La plupart des producteurs sont situés dans le Sud-Est de la France (PACA et Occitanie). Ceci est dû à l’ensoleillement et aux conditions climatiques. Dans cette filière, la France se situe au 1er rang des publications et 4e rang pour les brevets.  Le CNRS ou encore le CEA (avec ses plateformes technologiques) sont très actifs  dans le domaine des microalgues.

Le gouvernement a confié au CEA la mission de déployer en régions son modèle de diffusion technologique au service de l’industrie française, notamment des PME et ETI. Le CEA Cadarache est internationalement reconnu dans le domaine de la recherche et du
développement sur les énergies bas carbone.  Pour accélérer les synergies en matière de R&D dans les énergies alternatives, le CEA Cadarache a créé la Cité des Energies,  domaine des biotechnologies, du solaire et de l’hydrogène pour l’énergie et l’environnement. Très récemment, un bâtiment  entièrement dédié  aux microalgues et bioprocédés a été créé.

La région Pays de la Loire  semble elle aussi très active dans la filière. Pour répondre aux besoins des industriels et ainsi créer les solutions industrielles du futur, le laboratoire GEPEA (Unité Mixte de Recherche de l’Université de Nantes, du CNRS, de EMN et d’Oniris) a développé la plate-forme R&D Algosolis, pilotée par l’Université de Nantes.

Quels sont les acteurs , quelles sont les synergies  et pour quels projets ? C’est ce que nous allons voir dans la suite de l’ article.

Biocarburants de 3 ème génération

  • TOTAL est acteur majeur de la recherche et développement dans les microalgues. L’entreprise produit des biocarburants depuis plus de 20 ans et a investi près de 500 millions d’euros dans la recherche et le développement de biocarburants avancés. Avec le CEA, TOTAL a conçu un programme commun de recherche.  Cette dernière vise à sélectionner des souches robustes et à forte teneur en lipides puis les  optimiser afin de pouvoir être utilisées à l’échelle industrielle.
  • CEA à travers sa plateforme Heliobiotech, identifie des gènes impliqués dans l’accumulation des molécules d’intérêt des microalgues (huiles, hydrogène, compléments alimentaires).
  • Microphyt, PME montpellieraine a démarré la construction en juillet 2021 de la première bioraffinerie industrielle de microalgues au monde. Cette usine (SCALE) permettra la création d’une centaine d’emplois directs à horizon 2025.
  • La Sara (Société anonyme de raffinage des Antilles) a choisi, comme partenaire de recherche, le laboratoire GEPEA via sa plateforme Algosolis. Un démonstrateur a été mis en place sur l’un des sites, en Guyane. C’est un projet d’écologie industrielle puisque deux souches sont cultivées en captant le CO2 de l’usine:  la spiruline et une microalgue locale oléagineuse pour la production de biocarburants de troisième génération.

Autres usages

On peut constater en France il a moins d’acteurs pour les autres usages. Vous les retrouverez dans les articles précédents:

Enjeux pour développer la filière

L’ exploitation optimisée de ces microalgues nécessite d’améliorer en amont leurs capacités biologiques via une sélection et optimisation des souches, tout en développant en aval les procédés de culture, de récolte et d’extraction. Le défi biotechnologique majeur est de domestiquer les souches de microalgues pour accroître leur productivité tout en diminuant les coûts de production afin d’atteindre une rentabilité économique de production d’énergie.

 

Pour aller plus loin:

CEA-Dossier de presse Microalgues

ADEME- Potentiel algale pour l’énergie

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.