Immatériel, invisible, impact environnemental considérable… et non, ce n’est pas de pollution numérique dont je souhaite vous parler. Dans cet article, nous allons parler d’argent.
De l’empreinte carbone de notre épargne plus précisément.

Le coût environnemental de l’épargne

Titulaires d’un compte en banque, nous émettons probablement des tonnes de CO2 sans le savoir. Pourquoi ? Car les grandes banques et sociétés d’assurances financent majoritairement l’exploitation des énergies fossiles. Selon Oxfam, les 6 plus grandes banques françaises – BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale, Banque Populaire Caisse d’épargne, Crédit Mutuel et la Banque Postale – ont une empreinte carbone environ huit fois supérieure à celle de la France, soit l’équivalent de 3.3 milliards de tonnes de CO2eq par an.

À elles seules, BNP Paribas et Société Générale émettent chacune deux fois plus que l’ensemble du territoire français. A ce rythme-là, l’étude révèle que les banques se dirigent plutôt vers une trajectoire de réchauffement de plus de 4 degrés…

Comment réduire l’empreinte carbone de son épargne ?

Un conseil : si vous avez un compte chez l’une des banques citées précédemment, fuyez !
Plus sérieusement, chacun à notre niveau nous adoptons des comportements pour contribuer à la transition écologique : acheter en vrac, privilégier la seconde main, se déplacer en vélo, manger moins de viande, choisir un fournisseur d’électricité renouvelable…
Mais quid de notre épargne ?

Nous le savons, nos choix de vie déterminent nos manières de consommer. Au moment d’acheter, le prix n’est plus le seul critère. Et au moment d’épargner, quels sont les critères qui déterminent nos choix ?

(Re) donner du sens à son argent : Par où commencer ?

 

#Etape 1 

Analyser vos comptes et investissements avec Rift, application développée par LITA.co. #BalanceTaBanque #RIPobjectif2tonnes

#Etape 2

Sur Rift, vous seront proposées des alternatives de banque éthique comme La Nef, reconnue par Carbone 4 comme la banque au plus faible impact carbone. Certes, le rendement est sûrement moins élevé que dans la plupart des banques, mais la transparence des investissements est garantie.

#Etape 3

Sensible à l’environnement, aux causes sociales, ou plus particulièrement à la culture ?
A la Nef, vous avez le choix de soutenir les projets qui vous touchent. Vous avez l’assurance d’agir directement pour la finance écologique et solidaire. Exit l’épargne fumeuse qui est investie dans on ne sait quel projet polluant dans on ne sait quel pays !

#Etape 4

Le seul hic, c’est que la Nef ne propose pas encore de compte courant (c’est en cours de développement !). Retrouvez ici le classement des banques selon leurs impacts environnementaux et sociaux. Pour ouvrir un compte, le Crédit Coopératif semble être une bonne alternative.

#Etape 5

Si vous ne souhaitez pas changer de banque (par habitude, par flemme administrative, ou pour toute autre raison…), vous pouvez toujours financer directement la transition énergétique. Comment ? En soutenant un projet citoyen d’énergies renouvelables près de chez vous avec Énergie Partagée !

 

N’hésitez pas à partager vos réactions, ou vos retours d’expérience si vous êtes à la Nef ou au Crédit Coopératif !

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.