Les biocarburants développés à partir de microalgues semblent enfin tirer leur épingle du jeu pour répondre aux enjeux climatiques et à la réduction de notre empreinte carbone.

Les microalgues et la nouvelle génération de biocarburants

L’intérêt des microalgues comme usage énergétique ne date pas d’hier, notamment avec le développement de carburants alternatifs dans les années 2000. Mais à l’époque, ceux-ci étaient trop peu compétitifs face aux carburants traditionnels.

Mais à l’heure du réchauffement climatique et de la transition énergétique, la filière microalgues aurait une carte à jouer. Face à l’urgence de réduire notre empreinte carbone, l’utilisation du CO2 (via photosynthèse des algues) pour la  production de biocarburants peut être considéré comme un véritable accélérateur de la transition énergétique. Cet engouement est mondial, notamment dans les pays producteurs de pétrole. « Ils ont tous des feuilles de route sur l’aquaculture, qui incluent la production de microalgues pour une utilisation en énergie », affirme Jean-François Sassi, responsable du groupe de recherche sur les procédés et technologies des microalgues au CEA. Il reste à activer les bons leviers économiques et technologiques, pour cela des partenariats sont créés entre chercheurs et industriels comme par exemple TOTAL ENERGIE et le CEA…

Des biocarburants , oui,  mais pas uniquement

Les microalgues pourraient tirer leur épingle du jeu pour d’autres usages: production d’hydrogène vert, traitement des eaux usées, la dépollution de l’air, la création de bio façades des bâtiments…

 

Mais où en est-on vraiment de ces nouveaux usages ? Quels sont les freins technologiques et économiques ? C’est ce que nous allons découvrir dans les prochains articles.

Claire-Anne CESAIRE

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.