Lecture – 5min

Êtes-vous écolo ?

Allons y, faisons le compte ensemble.

Est-ce que vous achetez bien tous vos produits bio ? – Oui, très bien… – Est-ce que vous privilégiez les produits locaux, et la viande achetée chez le petit boucher du coin ? – Aussi, vous avez bien écouté les conseils de votre entourage, et vous commencez à prendre les choses en main ! – Est-ce que vous avez bien troqué cette année votre sapin d’élevage sauvagement abattu pour les fêtes de fin d’année contre un sapin en plastique réutilisable ? Avez-vous bien pris le temps de vérifier que les emballages de tous vos produits étaient recyclés et recyclables avant de les acheter ? Vous donnez-vous la peine de réutiliser 10 fois votre bouteille d’eau avant de la jeter, pour ne pas l’avoir achetée pour rien (quand même) ?

Oui, oui, et encore oui !

Félicitations, vous avez la conscience (plus ou moins) tranquille…. mais, malgré votre bonne volonté, vous perdez votre temps et votre énergie sur des actions à moindre impact, qui ne vous rendent finalement pas tellement plus écolo aux yeux du GIEC que votre voisin qui a le culot de ne pas trier ses déchets.

Mais comment cela se fait-il ?

Ce n’est pas de votre faute, vous êtes peu (ou mal) informé

C’est évident, tout le monde n’a pas reçu de formation complète sur les problématiques écologiques, et il est difficile de se faire un avis et de démêler le vrai du faux seul, face à la myriade d’informations que l’on peut avoir à disposition actuellement.

De plus, que ce soit volontairement ou non, certains individus vous délivrent des idées reçues, ou de fausses données au sujet de l’écologie, sans que vous ne puissiez avoir le recul nécessaire pour vous en apercevoir. Cela peut être votre oncle sur le groupe WhatsApp de famille, qui vous a envoyé sa dernière trouvaille Youtube, ou encore un lanceur d’alerte éclairé, qui se doit de diffuser la bonne parole sur ses réseaux sociaux, pour aider tout un chacun de ouvrir les yeux sur la situation, oubliant finalement la vision globale et les éléments essentiels à faire connaître au grand public. Cela peut malheureusement être également un professeur, répétant les erreurs insérées malencontreusement dans ses manuels scolaires.

Si obtenir les bonnes informations et les interpréter correctement est essentiel dans la démarche écologique, le tout est de bien choisir ses sources, et de s’entourer de personnes qui savent…

Finalement, être écolo, ça commence par connaître les priorités

Maintenant que l’on sait que toutes les informations et les actions écologiques ne se valent pas, vers où faut-il regarder ?

Est-ce qu’il vaut mieux être zéro déchet ? Bannir définitivement les produits animaux de notre alimentation ? Surveiller notre consommation d’eau ? Faire au maximum ses produits soi-même ?

Pour commencer, il s’agirait de se tourner vers le problème clé, encore identifié dans le dernier rapport du GIEC d’août 2021 : les émissions de CO2, à l’origine du réchauffement climatique, dépassant progressivement les seuils établis par la COP21.

Pour rester dans l’objectif des Accords de Paris, un Français doit émettre l’équivalent de 2 tonnes de CO2, au maximum, soit près de 6 fois moins que le niveau d’émissions actuel qui est d’environ 11 tonnes équivalent CO2 selon la publication L’empreinte carbone des Français reste stable de janvier 2020, rédigée par le Commissariat général au développement durable.

Il est également nécessaire de connaître ses postes d’émissions afin de pouvoir réduire son empreinte carbone le plus efficacement possible. Pour un Français, selon le cabinet de conseil Carbone 4, on considère les postes suivants : la mobilité, le logement, et les biens et services privés.

Pour en savoir plus, je vous invite à parcourir la publication évoquée plus haut, sur l’empreinte carbone des Français : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/2020-01/datalab-essentiel-204-l-empreinte-carbone-des-francais-reste-%20stable-janvier2020.pdf

C’est donc en toute logique sur ces domaines prioritaires qu’il est important de commencer à travailler.

 

Nous verrons dans les articles suivants les différentes actions à privilégier afin de réduire efficacement ses émissions de CO2, et d’adopter finalement, un comportement réellement responsable.

 

Jade SURDEAU

MS Acteur Pour la Transition Énergétique, Audencia BS

 

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.