12 millions de personnes, près d’un Français sur cinq : que se cache t-il derrière les chiffres de la précarité énergétique ?

Les chiffres de la précarité énergétique

12 millions de personnes soit environ 5,6 millions de foyers, près d’un Français sur cinq. Ces chiffres sont ceux de la précarité énergétique. En effet, ces chiffres sont la réalité des personnes qui n’arrivent pas à payer leurs factures de gaz ou d’électricité. Véritablement phénomène massif de mal-logement, la précarité énergétique occupe pourtant peu le champ médiatique. Chaque année, en octobre, le Médiateur national de l’énergie publie un baromètre.* Les hausses du prix de l’énergie à l’automne 2021 ont directement impactées les factures des foyers. Le baromètre du 12 octobre 2021 indique que, pour ne pas payer de factures trop élevées, 60 % des français déclarent avoir réduit le chauffage chez eux :

  • soit sept points de plus qu’en 2020 (53 %)
  • et deux fois plus qu’en 2019 (30 %)

De même, le Médiateur national de l’énergie a eu le même constat que l’année passée. Ce sont les 18-34 ans qui sont les plus touchés et la situation s’est même aggravée :

  • 74 % d’entre eux ont restreint leur chauffage pour diminuer la dépense (+8 points) et
  • 46 % ont eu des difficultés à payer leurs factures d’énergie (+14 points).

* Hausse des prix du gaz et de l’électricité : la précarité énergétique augmente

ONPE_tableau de bord_2021

(1) Médiateur national de l’énergie         (2) Ministère de la transition énergétique 2020

Mais qu’entend-on exactement par précarité énergétique ?

La précarité énergétique bénéficie d’une “reconnaissance” réglementaire récente.

En effet, c’est la loi Grenelle 2 du 10 juillet 2010 qui la définit. « Est en situation de précarité énergétique une personne qui éprouve dans son logement des difficultés particulières à disposer de la fourniture d’énergie nécessaire à la satisfaction de ses besoins élémentaires en raison de l’inadaptation de ses ressources ou conditions d’habitat ».

Créé en Mars 2011 dans la continuité de la loi Grenelle 2, l’Observatoire National de la Précarité Énergétique (ONPE), est un outil de référence. Il assure le suivi et l’analyse du phénomène de précarité énergétique :

  • dans l’espace et dans le temps
  • et des dispositifs existants

Il vise, également, à apporter des éléments d’aide à la décision pour les acteurs du domaine.

Comment estime-t’on le nombre de foyers exposés ?

L’ONPE agrège majoritairement 3 indicateurs :

  • le taux d’effort énergétique : la part des revenus consacrée aux dépenses d’énergie au-delà de laquelle le foyer est considéré comme en étant en situation de précarité énergétique
  • l’indicateur de bas revenus, dépenses élevées : revenus inférieurs aux seuils de pauvreté en vigueur et dépenses énergétiques élevées au regard de la taille du foyer ou de sa composition
  • l’indicateur du froid : inconfort ressenti

Pour quantifier plus précisément la précarité énergétique, l’Ademe comptabilise les ménages qui consacrent plus de 10 % de leurs revenus à leurs dépenses d’énergie.

Les moyens existent pour géolocaliser les zones de précarité énergétique

GÉODIP est un outil satellite à destination prioritaire des collectivités territoriales, il est proposé gratuitement et facilement accessible via une licence, pour une durée de trois mois.

 

Cependant, la situation ne s’est pas améliorée depuis les 10 ans de suivi.

Au fil des différents articles, nous comprendrons pourquoi.

Dans mon second article, j’aborde la situation en France et chez nos voisins européens : Précarité énergétique : quelle situation en France et en Europe ?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.