Comment limiter l’impact environnemental des pratiques du numérique en entreprise ? Que dit la réglementation en France ? On fait le point.

Le numérique, un sujet de taille !

Le numérique a connu un développement exponentiel dans tous les secteurs (foyers, entreprises publiques et privées ainsi qu’au sein des institutions gouvernementales). Il englobe des aspects matériels (de l’ordinateur fixe au smartphone en passant par les objets connectés, les consoles de jeux, les GPS, etc.) et immatériels (tels que les sites de commerce en ligne ou les plateformes de streaming – musique, série, films). Si on lui associe sans trop de problème la facilitation d’accès et de traitement de l’information, il est beaucoup moins aisé d’estimer son impact environnemental.

Et le poids du numérique, parlons-en !

Selon l’étude de l’Empreinte environnementale du numérique mondial réalisée par GreenIT.fr, le numérique représente près de 4% des émissions de gaz à effet de serre aujourd’hui. Les projections sur 2025 portent ce taux à 5,5%. Le numérique correspond au secteur où les émissions de gaz à effet de serre augmentent le plus vite : de 738 millions de tonnes équivalent CO2 en 2010 nous devrions atteindre les 2 278 millions de tonnes équivalent CO2 en 2025.

Loin de vouloir dresser un portrait alarmant qui alimenterait l’éco-anxiété, nous nous proposons, à travers une série d’articles, de valoriser les pratiques numériques écoresponsables que nous avons pu répertorier.

Rappel du contexte réglementaire français pour les usages du numérique

Le 15 novembre 2021, la France a promulgué la Loi visant la réduction de l’empreinte environnementale du numérique (loi “REEN“). Celle-ci vise à imposer des contraintes aux acteurs économiques, en vue de limiter l’impact des pratiques numériques sur l’environnement. Les cinq objectifs principaux sont les suivants :

  • Sensibiliser et faire prendre conscience de l’impact environnemental du numérique
  • Limiter le renouvellement des appareils numériques, en imposant notamment des contraintes aux fabricants.
  • Favoriser des usages numériques respectueux de l’environnement
  • Promouvoir des datacenters et des réseaux moins énergivores
  • Promouvoir une stratégie numérique responsable dans les territoires

Pour en savoir plus, nous vous invitons à lire l’article de décryptage de cette loi réalisé par le Label Numérique Responsable. Ce label rassemble une communauté d’acteurs engagés autour de la réduction de leur impact numérique. Ils publient régulièrement sur leur page Linkedin leurs actualités, incluant notamment des webinars pour faciliter cette transition. D’autres organisations agissent dans ce sens : par exemple l’Institut du Numérique Responsable, qui a été déployé au niveau territorial par Nantes Numérique Responsable.

A lire aussi :

 

Dans le prochain article, nous évoquerons l’impact environnemental de l’email et les moyens de le limiter. Restez connecté !!

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.