Temps de lecture : 2 minutes.

#reemploi #reutilisation #smartphone #reconditionne

Nous l’évoquions dans notre précédent article, l’une des solutions pour une sobriété numérique consiste à privilégier l’achat de produits d’occasion au détriment de produits neufs. Pourquoi ? Comment ? On fait le point !

L’achat d’occasion représente une des caractéristiques de l’économie circulaire :

  • Le réemploi : c’est l’opération par laquelle un produit est donné ou vendu par son propriétaire initial à un tiers qui, a priori lui donnera une seconde vie. Le produit garde son statut de produit et ne devient à aucun moment un déchet. Il s’agit d’une composante de la prévention des déchets.
  • La réutilisation : c’est une opération qui s’amorce lorsqu’un propriétaire d’un bien usagé s’en défait sans le remettre directement à une structure dont l’objet est le réemploi. L’ancien produit est considéré comme un déchet. Afin d’être réutilisé, il va subir un traitement (“préparation en vue de la réutilisation”). Le futur détenteur lui offrira une seconde vie.

Pour acheter d’occasion, divers sources existent : petites annonces, braderies/vides dressing, magasins de seconde main, sites internet plus ou moins spécialisés.

Focus sur le smartphone

Parmi les objets numériques, nous proposons de nous intéresser à un objet du quotidien, régulièrement changé (en moyenne tous les deux ans pour les français alors qu’il fonctionne toujours) et particulièrement polluant : le smartphone !

Selon Guillaume PITRON, journaliste spécialiste de la géopolitique des matières premières, le smartphone actuel contiendrait jusqu’à 55 métaux, dont certains métaux rares.

Liste des métaux présents dans un smartphone – Source : Ingénieurs Sans Frontière

Par ailleurs, leur production, leur utilisation et leur élimination nécessite 70Kg de matières premières, soit plus de 500 fois le poids du téléphone. Enfin, les matières premières des smartphones sont présentes à différents endroits du globe (lithium au Chili, étain en Indonésie, terres rares en Chine…). Leur extraction nécessite des ressources (eau, énergie, produits chimiques, ..) et occasionnent d’autres problématiques pour les populations locales (pollutions, déforestation, ..).

Circuit de la fabrication et de la distribution d’un smartphone

Pour aller plus loin :

Les motivations à acheter un smartphone reconditionné

Le marché du téléphone reconditionné est en pleine expansion. Plusieurs explications sont présentées sur le site internet  les Numériques

  • Le prix (jusqu’à 75% moins cher qu’un téléphone neuf)
  • La présence d’une garantie (les reconditionneurs expérimentés proposent des garanties supérieures au minimum légal de 6 mois)
  • La possibilité d’acheter du plus haut de gamme (les appareils deviennent donc accessibles au plus grand nombre)
  • La volonté de favoriser le recyclage et le réemploi (réduction de la pression environnementale)

Avec 10% du volume global des ventes de smartphone, le téléphone reconditionné souffre encore de la crainte de la panne (45 % des personnes interrogées) et de la crainte de la garantie non prise en compte (11 %). Enfin, il est estimé que 89% des personnes restent à convaincre de l’intérêt du reconditionné puisque seulement 11% des personnes interrogées ont vendu leur smartphone à des professionnels du reconditionnement.

Quatre initiatives pour agir concrètement

  • Prendre conscience du poids du numérique en général – et du smartphone en particulier – sur les aspects sociaux et environnementaux
  • Prendre soin de son matériel et lutter contre les obsolescences psychologique, programmée et naturelle
  • Questionner ses besoins et tendre vers la sobriété numérique
  • Donner, prêter, recycler ou vendre tous ses appareils non utilisés auprès de proches, d’associations, de sociétés d’occasion ou de reconditionnement (AfBshop, Asgoodasnew, Back Market, Largo, etc.).

 

Rédactrice : Justine MACKEREEL

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.