Cet article passe en revue les méthodes les plus répandues en ce qui concerne le stockage d’énergie.

Les 3 grandes catégories de stockage

Stockage mécanique

Cette première catégorie consiste à accumuler une énergie cinétique ou potentielle, et la restituer sous forme d’énergie mécanique. La plupart du temps, celle-ci est coupée à un convertisseur électrique ou une turbine. On y retrouve :

  • les STEP (Stations de Turbinage et de Pompage), que nous avions cité dans l’article précédent “Le stockage : leviers à lever” ;

Fonctionnement d'une station de transfert d'énergie par ...

Crédits : EDF

  • le CAES (Stockage à Air Comprimé) qui utilise l’air comprimé pour constituer une réserve d’énergie* ;
  • les volants d’inertie, systèmes de stockage d’énergie sous forme d’énergie cinétique de rotation.
Stockage chimique

C’est cette catégorie qui est la plus vulgarisée dans notre quotidien. On y retrouve :

  • les batteries, qui utilisent des procédés électrochimiques avec différents alliages ;
  • les “Flow Batteries”, dans lesquelles l’énergie est stockée directement dans l’électrolyte, pour un nombre accru de cycles  charge/décharge et une plus grande rapidité de réaction ;
  • le Power-to-Gas, principe qui converti l’électricité en gaz (qui est facilement stockable)**.
Stockage thermique

Dans cette catégorie, on retrouve un ensemble de dispositions permettant d’accumuler de la chaleur et d’en contrôler la restitution ultérieur :

  • le stockage de chaleur classique (sur le même principe qu’une bouillotte !) ;
  • la reconversion de la chaleur, du froid et de la chaleur latente en électricité.

 

Pour aller plus loin :

*Comment fonctionne le stockage par air comprimé ?

**Principe du Power-to-gas :

Sources :

Fonctionnement des STEP par EDF

Qu’est-ce que le volant d’inertie

Le principe des Flow Batteries

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.