Les technologies de stockage de carbone visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre en capturant le dioxyde de carbone (CO2) présent dans l’atmosphère et en le stockant de manière sécurisée. Il existe plusieurs méthodes pour stocker le carbone, qui peuvent être divisées en deux grandes catégories : le stockage géologique et le stockage biologique.

Le stockage géologique consiste à injecter le CO2 dans des formations géologiques profondes, comme des aquifères salins ou des roches poreuses, où il est censé être piégé de manière sécurisée pendant de très longues périodes. Cette méthode est considérée comme l’une des plus prometteuses pour le stockage à long terme du carbone, car elle permet de stocker des grandes quantités de CO2 de manière sécurisée et peu coûteuse.6890

Le stockage biologique, quant à lui, vise à utiliser des plantes et des micro-organismes pour capturer le CO2 de l’atmosphère et le transformer en matière organique stable. Cette méthode peut être utilisée pour produire du biocarburant, du biogaz ou encore des matériaux de construction durables tels que le bois ou le liège.

Il existe également d’autres technologies de stockage de carbone, comme le stockage par absorption, qui utilise des solvants pour capturer le CO2 de l’atmosphère, ou encore le stockage par électrolyse, qui utilise de l’électricité pour séparer le CO2 de l’eau et le transformer en matière organique.

Bien que ces technologies présentent de nombreux avantages, elles sont encore très coûteuses et nécessitent de nombreux tests avant d’être mises en œuvre à grande échelle. De plus, certaines méthodes de stockage de carbone peuvent présenter des risques pour l’environnement s’il y a fuite de CO2 stocké. Il est donc important de continuer à développer et à améliorer ces technologies afin de lutter contre le changement climatique de manière efficace et durable.