Aujourd’hui, trier les ordures est un réflexe quotidien pour 3 français sur 4. En moyenne, chaque français produit 568 kg de déchets par an et plus de la moitié n’est pas recyclée. Résultat, quand on ne sait pas quoi en faire, on les enfouit pour les cacher et ainsi, les laisser polluer nos plages, nos océans et nos villes. Le problème est que ce tri n’est pas toujours très bien fait.

En effet, alors que le recyclage continue de devenir plus courant, il y a encore de la confusion dans les questions sur ce qui peu être recyclé et comment, ainsi que sur la différence entre le recyclage, le compostage et les produits biodégradables.

Dans cet article, nous répondrons aux questions suivantes : quelle est la différence entre recyclable, biodégradable et compostable ? Quoi, où recycler et/ou composter et quels produits vous pouvez acheter pour réaliser les deux à la fois.

Ces fameux trois termes sont parfois employés de manière imprudente, notamment dans le domaine de marketing afin de pousser les gens à consommer quelques produits. Il est donc important de connaître la définition de chaque terme à part.

D’après l’Union européenne, « Le « recyclage » est toute opération de valorisation par laquelle les déchets sont retraités en produits, matières ou substances aux fins de leur fonction initiale ou à d’autres fins. Cela inclut le retraitement des matières organiques, mais n’inclut pas la valorisation énergétique, la conversion pour l’utilisation comme combustible ou pour des opérations de remblayage ». En d’autres termes, recycler signifie traiter ou transformer des choses pour réutiliser des matériaux (verre, papier, métal, plastique, textiles, et électronique).

Il existe trois grandes techniques de recyclage. Chimique, utilisant réaction chimique pour traiter les déchets, par exemple pour séparer certains composants. Mécanique, est la transformation des déchets à l’aide d’une machine, par exemple pour broyer ou pour séparer par courants de Foucault. Enfin,  le recyclage organique qui consiste, après compostage ou fermentation, à produire des engrais ou du carburant tel que le biogaz.

D’autre part, un produit biodégradable est un produit qui est susceptible de se décomposer dans un environnement favorable et sous l’action de micro-organismes (bactéries, champignons, algues…).

Le produit biodégradable se décompose sans aucun effet néfaste sur l’environnement et dans un temps relativement court par rapport au regard humain. Un produit qui met par exemple 450 ans à se décomposer (sac en plastique) est donc considéré comme non-dégradable, contrairement à un trognon de pomme qui met entre 1 à 5 mois pour se décomposer et qui appartient dans ce cas à la famille des produits biodégradables.

De plus, un produit biodégradable peut être décomposé sans oxygène et ensuite, se transforme en eau de dioxyde de carbone et en biomasse dans un délai raisonnable.

Ceci nous mène enfin au produit compostable qui est biodégradable par nature. La différence est qu’on apporte une aide à la décomposition afin d’accélérer le processus de dégradation dans une unité industrielle. En effet, un compostable est susceptible de se dégrader dans un composteur industriel, où la température peut atteindre 70 °C, un taux d’humidité élevé d’environ 70% et un taux d’oxygène tournant autour de 20%.

En d’autres termes, contrairement à la biodégradation, qui est un processus entièrement naturel, le compostage nécessite une intervention humaine.

Pour finir, ces trois processus sont loin d’être indépendants l’un de l’autre : ils se complètent et l’assimilation des trois permet de se rapprocher de l’équilibre écologique souhaité, si on sait comment et quand privilégier l’un ou l’autre.

L’objectif du gouvernement d’ici 2025 est de recycler 100% des plastiques. En attendant, en plus des bonnes habitudes de tri, il suffit de réduire les gaspillages, notamment les déchets alimentaires, en consommant autrement à travers l’achat en vrac ou encore.

Une méthode simple et créative et consiste à rechercher également des produits et des emballages compostables, comme par exemple des filtres à café compostables pour que nous puissions simplement jeter le café et le filtre directement dans le bac à compost.

Commençons donc par lire les étiquettes lorsqu’on magasine, et évitons le plastique dans la mesure du possible. Privilégions les marques engagées, certaines d’entre elles favorisent les matériaux recyclés et savent faire une paire de chaussures avec onze bouteilles. Alors si même la mode s’y met, nous n’avons plus d’excuses !

Il n’est pas toujours évident de faire les différences entre les trois et le tri de nos déchets peut en effet s’avérer comme étant une tâche laborieuse. Mais cela en vaut la peine, puisqu’à la fin la Terre ne manquera pas de vous remercier.

 

Source :

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.