L’Union Européenne (UE) à travers le plan REPowerUE développe le programme ESIA afin de sortir de la dépendance vis à vis de la Chine en relocalisant la production photovoltaïque en Europe. Des actions complémentaires sont également mise en œuvre pour sécuriser l’approvisionnement en matière première et renforcer le cadre réglementaire aux frontières.

Quelle place pour l’UE entre la Chine et les Etats Unis ?

L’Europe a beaucoup de retard sur l’ensemble de la filière de production de panneaux photovoltaïques. Elle a laissé le champs libre à la Chine qui représente 80% de la capacité mondiale de production et du marché. Par conséquent, L’Europe importe aujourd’hui chaque année l’équivalent de 12 milliards d’Euro de panneaux solaires. Par ailleurs, elle doit également rivaliser avec les Etats Unis qui développent leur propre force de frappe solaire à grand coup de subvention et d’incitation fiscale grâce à la loi anti inflation (IRA). L’IRA a un budget colossal de 369 milliards de dollars pour soutenir les industries vertes américaines. Elle permet notamment une déduction de 30% des investissements dans le domaine sur les 10 prochaines années. Objectif visé pour la production solaire américaine : permettre l’installation de 30 nouveaux gigawatts par an d’ici à 2025.

Vers un nouvel écosystème industriel européen

Face à cette situation, la Commission Européenne et les principales entreprises européenne intervenant dans la filière photovoltaïque lancent le programme ESIA (Alliance européenne pour l’industrie solaire Photovoltaïque) dans le cadre du plan REPowerUE. Son ambition est de construire un nouvel écosystème industriel compétitif sur l’ensemble de la chaine de valeur. Le programme va encourager l’innovation et les investissements sur l’ensemble de la filière. Pour cela, la Banque Européenne d’Investissement (BEI) va investir au moins 80 milliards d’Euro par an pendant dix ans par l’intermédiaire de la plateforme Clean Tech Europe.

Pour quels objectifs ?

A court terme, l’ESIA ambitionne d’atteindre une production équivalente à 30 Gigawatts (GW) de capacité industrielle à  échéance de 2025. Concrètement c’est également la création de 400 000 emplois au niveau européen et 600 milliards d’euros supplémentaires chaque année au PIB européen. Plusieurs projets de “méga-factories photovoltaïques” sont déjà dans les tuyaux . L’italien Enel Green Power vient par exemple d’agrandir son usine de Catane avec un soutien de 600 millions d’Euro de l’UE.

Sécuriser l’approvisionnement en matière première.

Reste également à régler la question de la dépendance vis à vis de la Chine concernant les matières premières nécessaires au développement des énergies vertes. L’agence Internationale de l’Energie dans son dernier rapport “Energy Technology Perspectives 2023” met en évidence la très forte concentration de production de matières premières indispensables au développement des technologies renouvelables. A titre d’exemple l’Australie, le Chili et la Chine concentre à eux seuls 90% de la production de Lithium. Concernant le raffinage des matériaux, la Chine fait également la course en tête. Elle détient 80% de la capacité supplémentaire de production pour le cuivre d’ici 2030, 95% des capacité de traitement pour le cobalt et 60% pour le lithium et le nickel, composants clés pour les batteries de stockage de l’énergie verte.

L’Europe doit donc investir fortement dans la recherche minière et les capacités d’extraction pour diminuer sa dépendance et retrouver sa souveraineté dans le domaine à terme.

Renforcer le cadre réglementaire aux frontières

Plusieurs pistes également envisagées pour renforcer le cadre réglementaire aux frontières de l’UE en introduisant des critères de durabilité et de respect des droits humains sur les importations de panneaux solaires.

 

En conclusion, ce type de PIIEC (Projets importants d’intérêt européen commun) mis en place pour la construction d’une filière photovoltaïque compétitive constitue un bon exemple de réponse européenne ambitieuse face à l’hégémonie Chinoise et la mise en place de l’Inflation Réduction Act (IRA) aux Etats Unis.

 

Quelques sources :

Agence Internationale de l’Energie rapport “Energy Technology Perspectives 2023”

Plan REpowerUE

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *