Temps de lecture : 2 mn

L’obligation de l’ESEF sous format RFA dans un langage xBRL des états financiers IFRS : la taxonomie c’est simple non ? Déchiffrons cette phrase énigmatique pour parler des reporting financiers de la taxonomie européenne.

Une entreprise se doit de respecter toute législation : une évidence !

Mais dans les faits, si on pose la question : « alors, prêts pour la taxonomie » ? Il se peut que l’angoisse se lise sur les visages.

Mais de quoi parle-t-on?

ESEF est l’acronyme de : « European Single Electronic Format ».

RFA signifie : Rapport Financier Annuel

xBRL est un langage de balisage

IFRS correspond à « International Financial Reporting Standards »

Concrètement, les rapports financiers électroniques sont standardisés pour devenir tous comparables au sein de l’union européenne, ce qui favorise la transparence et leur lisibilité par les investisseurs ou auditeurs. Il s’agit d’un véritable processus de revue stratégique de l’entreprise avec pour ambition d’établir et de communiquer l’information financière de manière unifiée.

Qui est concerné ?

Pas de panique ! Pas d’astreinte pour l’ensemble des acteurs à ce jour.

Les groupes européens sont concernés s’ils dépassent les 250 salariés et si le marché sur lequel ils appartiennent est réglementé.

En quoi ces nouveaux dispositifs peuvent se révéler performants ?

La taxonomie n’est ni une taxe ni une obligation dans la prise de décision.

Mais la contrainte donnée aux entreprises concerne la publication de leurs résultats : la part de leur chiffre d’affaires, de leur Capex (1) et de leurs Opex (2) en lien avec les enjeux climatiques (et bientôt environnementaux) fixés par la taxonomie doit figurer dans le rapport annuel.

Ainsi les risques financiers liés aux enjeux d’une croissance qui ne serait ni durable ni responsable sont mis en évidence.

Pourquoi parler d’opportunité ?

Les entreprises peuvent désormais piloter leurs investissements dans un cadre précis : 2 objectifs climatiques puis intégration de 4 objectifs environnementaux en 2023.

3

La taxonomie verte permet de réorienter les processus de reporting RSE : de nouvelles informations doivent être extraites et donc traitées.

Et la communication avec les parties prenantes sera par voie de conséquence facilitée.

Attendons le retour d’expérience des rapports annuels de 2021 pour dresser un premier bilan.

 

(1) (2) Et pout finir le catalogue des acronymes, on définit le CAPEX comme les dépenses d’investissement et OPEX les dépenses d’exploitation.

 

Brigitte COLLIN

Mastère Spécialisé APTE (Acteur pour la Transition Energétique)

https://www.linkedin.com/in/brigittecollin/

 

Sources :

ESEF : Ce que vous devez savoir sur la nouvelle obligation | EQS Group

Taxonomie durable européenne : passer de l’action financière à l’action climatique ? – Chroniques de l’Anthropocène (alaingrandjean.fr)

format unique de reporting électronique (reporting ESEF) – Mazars – France

ARTICLE | La taxonomie européenne : quels enjeux et opportunités ? | kShuttle

3 Publication du rapport final sur la taxonomie européenne : quelles implications pour les acteurs de l’immobilier ? – Observatoire de l’immobilier durable (o-immobilierdurable.fr)

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.