L’AGRICULTURE RÉGÉNÉRATRICE

Les menaces incriminées par l’effondrement de la biodiversité et le changement climatique sur la sécurité alimentaire internationale présentent aujourd’hui une situation alarmante. La production alimentaire est elle-même responsable d’un quart des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.


Des solutions existent aujourd’hui pour restaurer l’état physique et biologique des sols. Zoom sur une solution certes prometteuse et déjà pratiquée dans certains pays, même en France :  l’agriculture régénérative.

L’agriculture conventionnelle vs l’agriculture régénératrice 

L’agriculture conventionnelle est un système de production agricole qui utilise des méthodes de culture intensives pour maximiser les rendements. Cela peut inclure l’utilisation de semences hybrides, de pesticides, d’engrais chimiques et d’irrigation pour augmenter les rendements et protéger les cultures contre les maladies et les ravageurs.

Bien que ces méthodes aient permis d’augmenter la production alimentaire dans le monde entier, elles ont également entraîné des conséquences négatives pour l’environnement, la santé humaine et la biodiversité.

À son compte, 19 % des émissions de gaz à effet de serre, soit le 2ᵉ poste d’émissions national après les transports.

En réponse à ces conséquences négatives, l’agriculture régénératrice est devenue une alternative de plus en plus populaire. Il s’agit d’une approche holistique de l’agriculture qui vise à améliorer la santé du sol, à augmenter la biodiversité, à augmenter les rendements et à réduire les besoins en intrants.

Aujourd’hui, l’agriculture conventionnelle représente un quart des émissions de gaz à effet de serre dans le monde

 

Les bienfaits de l’agriculture régénératrice ou de conservation (AC)

L’agriculture régénératrice utilise des pratiques agricoles qui imitent les systèmes naturels pour créer des écosystèmes agricoles sains et durables, tout en réduisant les impacts négatifs sur l’environnement.

Le talon d’Achille de ces pratiques est la réduction du labour du sol, une fonctionnalité majeure de l’agriculture régénératrice qui vise à améliorer la qualité de la biomasse et la fertilité du sol. Qui dit labour minimal, dis réduction de l’utilisation des insecticides et des fongicides, ce qui en soi est déjà bien puisqu’ils ont des impacts sur la santé. Mais se passer totalement des glyphosates reste la question dès qu’on travaille un peu le sol. Ces pesticides restent nécessaires pour une meilleure production.

D’autre part, une autre pratique régénératrice est la diversification des cultures qui consiste à la rotation des espèces cultivées afin de régénérer le sol. Aussi, l’utilisation de cultures de couverture et intercalaires aident à la régénération et l’accélération de la matière organique du sol : Chaque couvert est à choisir selon la culture que l’on veut développer par la suite.

Agriculture intensive VS agriculture régénératrice, source : Kiss the Ground

En plus de ces pratiques, l’agriculture régénératrice inclut également la gestion du bétail en utilisant des méthodes d’élevage respectueuses de l’animal, qui favorisent la santé et le bien-être des animaux. Cela peut inclure des méthodes telles que la mobilité des troupeaux, l’alimentation naturelle et la réduction de la densité des animaux.

Elle vise par ailleurs à augmenter la résilience des écosystèmes agricoles face aux changements climatiques en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et en augmentant la capacité des sols à stocker le carbone.

Les méthodes de l’agriculture régénératrice traient à mieux gérer les déchets organiques et à améliorer le cycle de l’eau.

Il est important de noter que cette alternative ne se limite pas aux fermes, elle peut pareillement s’appliquer à des jardins familiaux, des parcs urbains et des espaces verts.

Si on résume, les bienfaits de l’agriculture régénératrice sont nombreux. Voici les plus notables :

  • Réduction du travail du sol
  • Maintiens d’un meilleur équilibre en nourrissant le sol naturellement grâce à des couverts végétaux permanents
  • Captation le CO²
  • Amélioration de la qualité de l’eau et du sol
  • Optimisation de la fertilité du sol
  • Indépendance aux énergies fossiles
  • Lutte contre l’érosion du sol
  • Meilleur rendement de la qualité nutritionnelle des produits
  • Amélioration de la santé et du bien-être des animaux
  • Réduction des émissions du gaz à effet de serre

Il ne faut pas oublier de souligner les bénéfices sociaux :

  • Réduction de la pauvreté
  • Hausse des revenus grâce au crédit carbone
  • L’amélioration de la sécurité alimentaire
  • Alimentation plus saine

En somme, l’agriculture régénératrice vise à créer des écosystèmes agricoles durables et résilients, qui améliorent la santé et la productivité des sols, augmentent la biodiversité, réduisent les besoins en énergies fossiles et respectent les animaux et l’humain.

C’est pour cela, nous devons nous passer des méthodes désastreuses de l’environnement de l’agriculture conventionnelle si une telle alternative, qui permet de rendre l’agriculture plus résiliente aux aléas environnementaux et de décarboner le secteur, existe.

Nesrine B.

 

Kiss the Ground : Association américaine qui milite pour une agriculture régénératrice et sensibilise sur l’importance des sols vivants aux USA

Sources :

Les émissions de GES de l’agriculture en France : https://www.notre-environnement.gouv.fr/

Agriculture régénératrice : https://regenerationinternational.org/

https://www.terraterre.co/

Documentaire Kiss the Ground  https://agricultureduvivant.org/project/documentaire-kiss-the-ground/

Pour approfondir vos connaissances, regardez le documentaire Kiss the Ground disponible sur YouTube

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *