Depuis 2021, dans son Plan 2030, la France a décidé de remettre l’énergie nucléaire sur le devant de la scène, afin d’atteindre les objectifs de la transition écologique. Le président de la République, Emmanuel Macron, a dédié 1 milliard d’euros au développement des petits réacteurs modulaires.

Définition:

Le “petit réacteur modulaire” ou “small modular reactor”, surnommé SMR, est un réacteur nucléaire de 3ème génération de faible puissance (soit moins de 300MWe, selon l’AIEA). Il utilise de l’uranium faiblement enrichi pour fonctionner. Cette technologie est mature et déjà exploitée.

La 4ème génération, nommée AMR (pour advanced modular reactor), actuellement en développement, plus sûre, sera capable d’utiliser les déchets radioactifs des réacteurs de la 3ème génération.

Intérêt des SMR

Vu l’urgence des scenarii de la transition énergétique, la possibilité de produire de l’électricité décarbonée rapidement est très intéressante. Du fait de leur taille minimale, les SMR sont moins chers, plus rapide à construire (environ 5 ans) et plus sûrs pour l’environnement (moins de matières fissibles utilisées) que les réacteurs actuels. De plus, les SMR sont conçus autour de sécurité passives, notamment grâce aux spécificités physiques naturelles des matériaux employés. Ce surcroit de sécurité devrait leur permettre d’être plus acceptés par les populations locales. Enfin, ils sont facilement intégrables aux smart grid des énergies renouvelables, afin de stabiliser le réseau électrique. Leur taille et leur conception leur permet aussi d’être plus pilotable que ceux existants. Ils complètent alors parfaitement un réseau dédié aux énergies renouvelables, afin d’assurer une stabilité permanente de ce dernier.

Synergie avec les énergies renouvelables

En plus d’un apport pour la stabilité du réseau, le SMR peut, lorsque les énergies renouvelables produisent suffisamment, permettre de stocker de l’énergie. En effet, le SMR produit suffisamment d’énergie pour réaliser de hydrolyse de l’eau et permettre le stockage sous forme d’hydrogène. Pour certaines localités hors réseau habituel et fonctionnant avec de petites centrales au fuel, le SMR apporte une solution pérenne et réaliste à la transition énergétique.

 

Source:

Quelle place pour le nucléaire?

Rapport du sénat ” Les grandes tendances de la recherche dans le domaine de l’énergie nucléaire et des énergies renouvelables”, 2019.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *